Berlin est le premier Land à abolir complètement les frais de scolarité dans les jardins d’enfants

A l’avenir, les parents n’auront généralement plus à payer de cotisations pour la garde de leurs enfants dans les crèches ou les crèches. A partir du 1er août, la garde d’enfants ne coûtera plus rien, même pour les enfants de moins d’un an. Au cours de la dernière année de crèche, cela a touché 15 800 enfants. Les cinq autres années avant le début de l’année scolaire avaient déjà été progressivement exemptées de cotisations depuis 2007. Dans tous les groupes d’âge, cependant, les parents devront continuer à l’avenir à financer la nourriture dans les crèches. Le coût est de 23 euros par mois.

 

Berlin devient ainsi le premier Land à abolir complètement les frais de scolarité dans les écoles maternelles. En Rhénanie-Palatinat, les enfants de deux ans et plus sont exonérés de cotisations depuis 2010, tandis qu’en Basse-Saxe et en Hesse, la garde d’enfants sera exonérée de cotisations à partir du 1er août pour les enfants de trois ans et plus. Le Brandebourg est également de la partie : Depuis le 1er août, les parents n’ont plus à payer pour la dernière année de la garderie.

3,5 milliards d’euros affluent déjà aujourd’hui dans les crèches

 

« Le jardin d’enfants gratuit pour tous signifie un soulagement financier notable pour de nombreux parents », a déclaré la sénatrice de la famille berlinoise Sandra Scheeres (SPD). « Les Kitas sont des établissements d’enseignement, et l’éducation doit être gratuite. » La ministre fédérale de la Famille Franziska Giffey (SPD) souhaite que les jardins d’enfants de toute l’Allemagne soient progressivement libérés des contributions. Le revenu des parents ne devrait pas décider si et quand les enfants vont à une garderie. Jusqu’à récemment, Giffey était maire du district de Neukölln à Berlin.

 

Selon M. Giffey, 3,5 milliards d’euros seront consacrés à la garde d’enfants au cours de cette législature, et un total de 5,5 milliards d’euros d’ici 2022. Leur projet de loi sur les bonnes crèches vise, entre autres, à améliorer les clés de soins et à renforcer la qualification des éducateurs. Dans le même temps, cependant, elle devrait également contribuer à réduire les frais pour les parents.

Limite supérieure pour les offres supplémentaires

 

A partir du 1er septembre, une autre innovation s’appliquera à Berlin : le montant des tickets modérateurs dans les crèches pour les activités sportives supplémentaires, la nourriture biologique, la musique ou les cours de langue sera limité par la loi. Les parents à faible revenu, en particulier, devraient être protégés des exigences financières inappropriées.

 

Le règlement prévoit un plafond de 90 euros si les parents souhaitent recevoir des offres supplémentaires. Il contient également des précisions sur les cotisations supplémentaires possibles et les prestations à verser. L’obligation pour les crèches d’informer les parents de la raison pour laquelle elles facturent les paiements supplémentaires qu’ils demandent aux parents devrait également apporter plus de transparence.

 

Il y a actuellement environ 170.000 places en crèche à Berlin. Les parents ont légalement droit à sept heures de garde d’enfants par jour. Dans la ville en pleine croissance, la demande augmente, de sorte que l’État développe les services de garde d’enfants depuis des années. Néanmoins, il est récemment apparu clairement qu’il y a un manque de places et d’éducateurs. Par conséquent, de nombreux parents ne recevaient pas de soins pour leur progéniture près de leur domicile. Le Département des affaires familiales du Sénat s’attend à ce qu’environ 30 000 enfants d’âge scolaire quittent désormais les crèches et à ce que la situation des crèches se détende.

Un fardeau supérieur à la moyenne pour les familles pauvres

 

Les auteurs d’une étude récente de Bertelsmann ont été alarmés pour une autre raison : les familles à faible revenu doivent assumer une part disproportionnée des frais de garde d’enfants. Il est vrai que, dans de nombreux endroits, les frais sont classés en fonction du revenu. Toutefois, les ménages sous le seuil de risque de pauvreté doivent consacrer près de deux fois plus de leur revenu aux services de garde que les familles financièrement plus aisées.

 

Les parents menacés de pauvreté, qui ont moins de 60 pour cent du revenu moyen, consacrent chaque mois près de 10 pour cent du revenu net total de leur ménage à la crèche. La valeur moyenne est de 118 euros. Pour les familles au-dessus du seuil de pauvreté, ce chiffre est de 178 euros – mais seulement environ 5% de leur revenu. Au niveau national, les parents dépensent en moyenne 5,6 % de leur revenu net (173 euros) par mois en garderie. A cela s’ajoutent des frais supplémentaires de 45 euros en moyenne pour le déjeuner, les articles d’hygiène et les excursions.